Ulead DVD Workshop 2 vs Mediachance DVD-Lab

Ulead DVD Workshop 2 vs Mediachance DVD-Lab

Un logiciel Auteur DVD basique (type Nerovision express ou autre MyDVD) ne vous suffira pas pour créer un disque « comme à Hollywood ». Mais quel outil choisir ? En quelques lignes, ce dossier vous donnera quelques élements de choix entre deux ténors de ce segment : Mediachance DVD-Lab et Ulead DVD Workshop 2.

Article publié dans le cadre
du troisième concours de contribution
Auteur : Stéphane Ménielle
(voir les autres contributions du concours)

 Deux approches de la création DVD

Que ce soit pour DVD-Lab ou DVD Workshop, le but avoué de est le même : mettre à la portée des amateurs confirmés ou éxigeant la possibilité de créer des DVD comme des professionnels.

Les moyens utilisés sont cependant très différents comme vous le constaterez en ouvrant ces programmes. DVD-lab a fait le choix de ressembler à d’autres logiciels pro en adoptant leurs présentations et leurs méthodes de conception des DVD (type Sonic Reel DVD). DVD Workshop 2 a lui tout comme la version 1, souhaitait prouver qu’il est possible d’être professionnel en restant à la portée d’un plus grand nombre.

Le résultat ? Vous aurez besoin d’un peu de pratique pour bien comprendre, puis maîtriser DVD-lab, avant de pouvoir vous réjouir et savourer le plaisir de l’authoring DVD. DWS2 vous permettra par contre de créer rapidement, et sans que vous ayez besoin d’une grande connaissance de la conception des DVD, des projets de qualité grâce à sa méthode pas à pas. Si vous voulez faire réèllement dans le style « Je suis un Pro et je compte bien vous le montrer ! », il vous faudra fouiller dans les fonctions parfois trop bien cachés du logiciel.

Première conclusion, la maîtrise totale de DVD-lab comme de DWS2 vous prendra du temps et des efforts. Mais, comme disait ma grand-mère : « on n’a rien sans rien ! ».

 Capture or not capture ...

De la même manière, l’importation des vidéos ne se fera pas avec la même aisance chez l’un et l’autre des logiciels.

Ainsi DWS2, qui permet d’ailleurs la capture des vidéos, accepte de nombreux formats Vidéo : MPEG-1, MPEG-2, MICROMV, WMV, AVI, QuickTime ; Audio MPA, WAV, MP3, AC-3, WMA et Image : BMP, GIF, JPG, JP2, JPC, PNG, TGA, TIF, UFO, PSD, se chargeant ensuite de l’encodage. Ouf !
Soulignons que DWS2 importe et gère, comme vous pouvez le voir dans la liste si dessus, l’AC3 (audio Dolby Digital) ce qui prouve ; s’il en était encore besoin ; son orientation professionnelle. Il permet également d’ajouter 8 pistes audio pour chaque vidéo (Imaginez la vidéo de la communion de votre neveu en version Russe, en plus des version française, anglaise, espagnol, italienne, québécoise, suisse et wallon ! ).

JPEG - 5 ko
8 Pistes audio pour DVDWS2

 Multi VTS

DVDW2 vous permettra de mélanger dans votre projet aussi bien les vidéos au format 4/3 que ceux au format 16/9eme de réoltuion ou codage MPEG différent en créant ainsi une structure dite multi VTS.

Au contraire, DVD-lab vous oblige à passer par un logiciel encodeur, puisqu’il se montre très exclusif sur le format vidéo (mpeg et vob) qu’il peut utiliser.

Les puristes rajouteront qu’il est préferable de se compliquer un peu la vie et de passer par un bon encodeur. Reste que DWS2 s’en sort plutôt bien en ce qui concerne la qualité de sortie.

 Quoi de neuf au menu ?

Pour la création des boutons des menus, chaque logiciel fait évidemment référence à un autre logiciel de sa marque. Pour DVD-lab vous pourrez créer de nouveaux boutons avec Real Draw Pro et pour DWS2 avec Photo Impact (même si d’autres logiciels, comme Photoshop, peuvent être utilisés). DVDWS2 propose dans tous les cas une très large bibliothèque de boutons qui éviterons de travailler avec ce logiciel externe.

Les deux sont capable de créer des boutons invisibles.

Les arrières plans (comme les autres fichiers images) devront être retravailler sous des logiciels appropriés en ce qui concerne DWS2, alors que sous DVD-lab vous pouvez appliquer directement des effets modifiant l’image.

C’est plutôt joli (dans la plupart des cas !) et les effets sont infinis.

Précisons que DWS2 prend le dessus sur DVD-lab sur certains points. Tout d’abord sur la possibilité d’ajouter au projet jusqu’à 32 pistes de sous-titres (le maximum en DVD). L’éditeur de sous-titre permet d’importer les fichiers sous format texte, et également de les rédiger directement en faisant défiler le film au fur et à mesure.

JPEG - 14.9 ko
L’éditeur de sous-titres de DWS2
Il est possible de faire apparaître en sous-titre automatiquement les informations EXIF de photographies.

Pour chaque lien créé vous aurez la possibilité de définir la liste des fichiers à lire et dans l’ordre que vous souhaiterez les lire (Playlist permettant 99 sélections de menus ou titres).

JPEG - 8.7 ko
La playlist dans DWS2
Il est simple de lancer un ensemble de vidéo grace à la gestion des Playlists

 Des effets pro

L’un des points où DVD-lab se démarque, c’est sur la possibilité de créer facilement (une fois n’est pas coutume !) des transitions entre les menus que vous avez créé. Vous choisissez un menu d’entrée et un menu de sortie, et vous avez le choix entre différents effets de transitions plus ou moins paramètrables. Vous pouvez également exporter vos menus pour créer vos propres effets sous d’autres logiciels de montage vidéo. Ça c’est le top !

Si c’est possible automatiquement sous DWS2, il faudra que quelqu’un m’explique comment ? IIL sera toujours possible de créer manuellement cette transition dans un logiciel de montage et l’incorporer avant le lancement de la vidéo.

C’est une fonction dont il ne faut pas abuser mais qui marque aussi la différence entre un DVD réalisé par un amateur et un DVD Pro.

 Simulation et Gravure

En accèdant à la fonction gravure des deux logiciels vous constaterez également que les options font pencher la balance d’un côté.

En cliquant sur l’onglet Finish de DWS2, vous arrivez à la prévisualisation de votre projet. Cela concerne les menus mais également l’ensemble des films. Bref, vous pouvez regarder votre projet comme si vous étiez dans votre salon devant votre ensemble Home cinéma.

JPEG - 8.3 ko
La simulation dans DWS2

La prévisualisation sous DVD-lab se fait directement pendant la conception, mais est limité au menus et à leurs effets (sélections des liens).

JPEG - 12.9 ko
La simulation dans DVD-Lab

Lorsque vous lancerez la gravure sous DVD-lab vous aurez juste le choix entre 2 formats (DVD et Mini-DVD) et l’option d’enregistrer sur votre projet un dossier de sauvegarde de fichiers.

JPEG - 15.4 ko
La ôdule basique de gravure de DVD-Lab

De manière plus complète DWS2 vous permettra aussi de définir un code région (si vous ne voulez absolument pas, par exemple, que votre dernier film d’auteur « Mes vacances en camping à la ferme dans les Ardennes » puisse être lu aux Etats-Unis) et de protéger vos magnifiques chefs d’œuvre de toutes copies illégales (protection Macrovision et CSS sous DLT).

JPEG - 14.7 ko
Le module de gravure de DWS2

 Question de langue et de prix

Il est malheureusement inutile de chercher (et même d’attendre) la versions françaises de DVD-lab. Si vous n’êtes pas doué pour la langue de Shakespeare (et des Spices Girls !) préférez DWS2, plus intuitif que DVD-lab pour les fonctions élémentaires, et surtout parce qu’il vient de sortir en version française. Il faut pourtant reconnaître l’effort de Médiachance d’avoir mis en ligne un tutorial très complet en plusieurs langues, dont (et oui, nous ne sommes pas totalement oubliés !) le français (voir ici. Ulead n’y a pas pensé, ou ne l’a pas voulu.

Je n’ai pas parlé du prix ? C’est cependant cet élément qui vous permettra, sans doute, de trancher. Médiachance vous demandera environ 99€ pour son logiciel ce qui, à mon avis est soit très arrogant, soit révolutionnaire. Plus classique, Ulead est convaincu que pour avoir un bon outil, le consommateur se doit de payer assez cher (439,95€). Une meilleure affaire consiste à acheter un pack DVD EASY PACK 1.2SE à 69,95 € TTC avec une carte Firewire et DVD Workshop SE (voir sur ce site) puis d’acheter la mise à jour à moins de 190 € soit moins de 260 € l’ensemble !

JPEG - 6 ko
DVD Easy Pack. Comprend DWS 1.2 et une carte firewire pour 69 €

 A l’essai

Pour conclure, vous trouverez la version d’essai sur les sites internet des deux marques. Si cet article ne vous a pas permis de trancher entre DVD-lab et DWS2, c’est que moi-même j’hésite entre les deux. Le premier vous permettra sans doute d’exprimer une plus grande créativité mais le second aura l’avantage de la rapidité et de la simplicité.

Précisons que Médiachance cherche à aller encore plus loin en sortant DVD-lab pro dont les fonctions avancées s’approche de celles de DWS2 (sans pour autant l’égaler en ce qui concerne la prise en charge DTL, DVD-9, la protection contre la copie ou encore l’application d’un code régional de lecture).