SVCD, la petite histoire

SVCD, la petite histoire

Quand en 1999, les premieres spécifications et outils pour créer du SVCD ont été disponibles en Chine, personnes ne pouvait présager qu'un jour, ce format serait également bien représenté en Europe.

image 110 x 103

 Un peu d’histoire

Le Super Video CD (aussi appelé SVCD, Super VCD or Chaoji VCD) est une évolution du format videoCD désiré par le gouvernement Chinois et mis en place par un ensemble d’industriel et de chercheurs. Deux raisons majeures à ce nouveau standard : ne pas payer de royalties sur la technologie DVD, et créer un format plus économique (lecteurs et disques) en Chine.
Les spécifications finales du SVCD, mise en place par le comité Chinois national des Standard d’enregistrement a été annoncé en septembre 1998, qui a gagné face au standard China Video Disc (CVD) de C-CUBE et au HQ-VCD (des fabricants du standard original Video CD).

Pourquoi mettre en place un nouveau standard en Chine alors que le reste du monde a accepté le DVD ?

3 raisons principales

- Le succès du format VideoCD (White Book). En 1995, il y avait moins d’un million de lecteur videoCD vendus en Chine. En 1996, il y en eu 6.5 million. En 1997 18 à 20 millions… A ce rythme, le succès du lancement d’un nouveau format, tout aussi abordable et de meilleure qualité, retro compatible avec l’ancien VideoCD était économiquement viable. Des taux d’équipement de 80% en lecteurs sont atteint dans les grandes villes. Avec une population de 1.2 Mds d’habitant, la chine peut se permettre un nouveau standard sans aide extérieure.

- Les objectif du gouvernement chinois. Celui-ci a considéré que le format DVD, incontestablement avec de bonnes spécifications techniques, est trop contrôlé par le DVD Forum, uniquement composé de compagnies étrangères . Il a été calculé qu’il serait bien plus profitable à long terme à leur industrie et population de créer un standard sans droits. De plus, ce fut un but de fierté nationale, la possibilité de montrer que la Chine peut ignorer les standards mondiaux si elle le souhaite. Elle en a la masse critique. Les Politiciens et chercheurs Chinois ont célébré le SuperVCD comme le premier standard de haute technologie développé en Chine. Il a aussi été pensé que ce nouveau format permettrait d’opérer une pression sur le consortium DVD, de telle sorte qu’il réduise les droits, au moins pour le marché Chinois.

- Le « luxe » du DVD. Le DVD dans les pays de l’ouest a d’abord été un format plutôt haut de gamme, généralement couplé à un équipement théatre à domicile. En Chine un lecteur est pour tous, comme le magnétoscope chez nous. L’objectif était donc de créer un standard qui utilise des technologies existante (comme le format CD) pour être assez abordable. Le revenu d’un Chinois est de 100 EUR par mois en ville, moins dans les campagnes.

 Trois formats

Il y a eu à l’origine 3 projets indépendant pour cette nouvelle génération de disque vidéo sur le marché Chinois.

- Le China Video Disc (CVD), développé par C-Cube Microsystems et ses partenaires Chinois. La résolution de la vidéo était de 352 * 576 [1/2 D-1], des pistes de sous-titrages et 4 pistes mono ou 2 stéréos

- Le Super Video CD (SVCD), mis au point par le comité chinois des standard d’enregistrement, à partir des spécifications du ministère de l’industrie Chinois, et le support technique ESS Technology . Une image de résolution 480 * 576 (pal) 480 * 480 (Ntsc) [2/3 D-1], des pistes de sous-titrages et des capacités interactives pour des buts éducatifs avec un langages sous-ensembles de JAVA en étaient les caractéristiques.

- Le High-Quality Video CD (HQ-VCD), prôné par le VideoCD Consortium (Philips, Sony, Matsushita and JVC, les compagnies qui ont élaborée les spécifications du VideoCD White Book ). Ces constructeurs voulaient avant tout conserver leurs brevets et droits en proposant une évolution de leur norme VideoCD 2.0 (Mpeg-2 résolution ½ D1)
C-Cube était un acteur majeur dans le marché des puces de décodage Mpeg présentes dans les lecteurs de VideoCD Chinois. La compagnie a voulu naturellement conserver sa position de Leader pour les lecteurs de nouvelle génération. Cette compagnie a ainsi proposé son propre standards en coopération avec des fabricant majeurs de lecteurs Chinois. Les spécification du CVD ont commencé en 1997 et le premier lecteur a été disponible sur le marché en juillet 98, alors que les formats concurrent n’étaient qu’au stade de projet. Le Header des disques CVD était incompatible avec celui des disques SVCD. Cela a crée la panique dans les camps SVCD et HQ-VCD. Le gouvernement Chinois, qui jusqu’à lors avait ignoré la compétition avec son format SVCD s’est rapproché de son rival HQ-VCD. Ceci a été fait à conditions que les spécifications du HQ-VCD et SVCD soient unifiées dans un seul standard qui conserverait le nom ’SVCD’ . Ce marché a été une victoire pour le consortium VideoCD (Philips-Sony-Matsushita-JVC) qui étaient en retard dans cette compétition.
Cette coopération entre le ministère de l’industrie chinois et le consortium a été annoncé en juillet 98 et les spécifications finales du SVCD juste après.
Cependant, les gros fabricants de lecteurs VideoCD avaient rejoint le format CVD (, Malata, BBK, Nintaus, SAST and Xiamen Solid). Ceformat avait connu un fort succés dans les grandes ville et entre 300 000 et 600 000 lecteurs étaient déjà vendus !. Il a été décidé de ne passe faire un ennemi de c-cube et des gros fabricants de lecteurs qui ont mis autant d’effort dans le format CVD. Pour cela le département scientifique du ministère de l’industrie chinois a forcé un compromis entre le format SVCD et le format CVD sous un format appelé « Chaoji Video CD » en Novembre 1998. Ce n’est pas a proprement parlé un standard de disques mais plutôt des spécifications de compatibilité. Un Chaoji VCD player doit être capable de lire les header différents du CVD et du SVCD + les formats VCD 3.0, VCD 2.0, VCD 1.1 et CDDA. Pour autant, même si les lecteurs SVCD lisent les disques CVD, il est fort a parier que ce format sera orphelin rapidement.

 Statut actuel

Le SVCD est standardisé par l’IEC standardisation
Document "IEC 62107
Super vidéodisque compact - Système d’échange de disques - Spécifications
Cela signifie que ce format est un standard international (comme le VideoCD 2.0 ou CD-DA),
Les titres SVCD sont actuellement disponibles en Chine, Hong Kong, Taiwan, Malaisie, Thaïlande, Singapour et en Inde
Philips a ajouté un logo SVCD à sa collection collection of official Compact Disc logos
Les spécifications du SVCD peuvent être commandés pour seulement 200 $ auprès de Philips : Philips System Standards & Licensing
Quelques liens complémentaires à visiter

- Make Your Own DVDs And SuperVCDs
Today’s CD-R Burners Can Also Do SuperVCDs
By Trevor Marshall
July 17, 2000


- La FAQ du SVCD

- SuperVCD Overview