Essai un peu fou de l'enregistreur de salon ASTRY (...)
ASTRY 2850, arggg essayez-le encore.. plus tard ! Mais moi je l’aime déjà !

Essai un peu fou de l’enregistreur de salon ASTRY 2850...

ARTICLE PROBABLEMENT OBSOLETE

Plutôt passionné par des produits High Tech haut de gamme (voir précédente contribution sur ce même site en suivant ce lien et par conséquent coûteux, je décidais lors de l'appel à contribution de Stéphane Cazat (diligent fondateur de Planète Numérique.com pour ceux qui découvrent seulement aujourd'hui Internet et la vidéo numérique) de m'attaquer à du produit d'entrée de gamme, histoire de ne pas rester bloqué dans d'idiots préceptes tels que prix = qualité ou produit de marque = produit bien pensé.

Article réalisé dans le cadre du 4ème concours de contribution de Planète Numérique.
Auteur François Gallinari.

 La quête du Graal - d’entrée de gamme !

Le début de ma quête ne fut pas simple : il me fallait une catégorie de produit bien « techno » et dans cette même catégorie y trouver un produit 1/3 à 50% moins cher que tous les autres.
A cœur vaillant, rien d’impossible me dis-je plein de fougue !
Les graveur de DVD étant de plus en plus à la mode, les prix se situant habituellement entre 200 et 500 €, voir ce lien pour les incrédules, il ne me restait plus qu’a trouver le produit le moins coûteux... A 7€ près, avec ses 172,90€ le ASTRY 2850 l’emporte d’une courte tête sur l’ Emprex CDV-R4.

Bon voilà le produit trouvé, il répond à mes critères : marque à tout faire (aspirateur, lave-vaisselle, frigo...) et 8 fois moins cher que le haut de gamme (1 389.00 € - 9 111 FF pour Pioneer DVR-7000) et en moyenne 3 fois moins cher que l’ensemble de la gamme... je sens que je vais me régaler....

 L’art et la manière - de commander en ligne !

Commande et livraison impeccable sur Rue du Commerce, comme d’habitude. Je dois bien le concéder, j’aurai aimé avoir à vous narrer ici la galère de l’internaute face au site de e-commerce qui efface la commande et le chariot au bout de 30 minutes (trop lent le client, tant pis !) ou qui s’emmêle les pinceaux dans la compréhension parfois délicate des astérisques liées aux dates de livraison proposées en 24/48h de type « La livraison est assurée en moins de 48h sauf dans le cas ou celle-ci dépasse les délais annoncés sur le site pour des raisons indépendantes de la volonté du constructeur, du transporteur ou du réseau Internet »... Cherchez l’erreur !
Non, ici tout va bien, la commande passée un mardi à 16h est livrée un vendredi matin vers 10h, sous une pluie battante par un livreur hagard, sans doute déjà proche du coma éthylique, mais là, le site de e-commerce n’y est pour rien, j’en conviens !

 Packaging et contenu : sobriété russe...

Désigné par un graphiste stalinien interné en camp de redressement par le travail une bonne trentaine d’années, la packaging de la bête m’a laissé sans voix une dizaine de minutes... je vous laisse juges :

Destiné à agrémenter les TG (têtes de gondole) des hyper marchés, ce packaging détonant et coloré attirera à n’en pas douter le regard de la ménagère de moins de 50 ans accompagnée de son mari, amateur de produits high tech... à n’en vraiment pas douter.

La quadri-color, exploitée dans ses derniers retranchements, le refus de présentation des arguments produits et l’absence de photo de la bête qui sommeille à l’intérieur assureront à ce produit de belles semaines de solitude sur les rayons des hypers ou des magasins spécialisés qui se risqueront à le livrer en vrac...

Mais passons, l’entrée de gamme c’est l’entrée de gamme, et le client s’y retrouve au final sur l’addition en bénéficiant de l’économie réalisée par le constructeur en sacrifiant un packaging : -1,25 €. Hors Taxes. C’est déjà çà de pris ! Et il n’y a pas de petites économies disait ma grand-mère écossaise....
Bon passons à la suite, le grand déballage...

J’arrive avec mon packaging russe à la maison, et sous les sobriquets de ma compagne et de mon fils, tout deux habitués à la consommation de masse aux packagings soignés, colorés et explicites, j’ouvre la bête.

Bien protégé dans sa coque en polystyrène de plastique recyclé, l’ASTRY peut voyager depuis très loin, sans risque : un bon point. J’extirpe l’ensemble sans trop de difficultés, ma compagne tenant et tirant le carton vers elle, mon fils me tractant vers l’arrière de toutes ses forces ; il aurait été logique de proposer une ouverture horizontale et non verticale... mais bon, là je pousse le bouchon un peu loin.

Deux sachets sont proposés

  • un contenant une télécommande, 2 RCA-RCA audio vidéo, deux piles et une notice
  • et un autre le câble d’alimentation, tout seul...

Pourquoi un conditionnement aussi judicieux ? Je reste partagé entre plusieurs solutions aussi logiques qu’implacables :

  • ASTRY fabrique aussi des emballages plastiques ?
  • ASTRY avait oublié l’alimentation ?
  • Il y a un grammage maximum par paquet plastique ?

Bon passons, je pinaille.

Par contre, et même en découpant le packaging au cutter, pas de péritel. Logique, quand on sait que le meilleur signal est en RVB via la péritel et que les décodeurs satellite de location des opérateurs Français n’ont pas de sortie RCA... (CF au Sagem de TPS). Bon, l’entrée de gamme c’est l’entrée de gamme, de toute façon, je m’en moque, moi, des péritels, j’en ai plein, plein, plein.

 Installation de l’engin : Bac +8 option matériel électronique vivement recommandé...

Moi, des péritels, j’en ai plein, plein, plein. Sauf quand on en a vraiment besoin un vendredi soir à 20h27, à trois minutes d’un superbe film qu’on a promis d’enregistrer à tante Suzette (76 ans) qui vient d’acheter un lecteur DVD après 16 heures de lavage de cerveau par votre hôte, dimanche précédent...

Bref, je vide mes armoires et connecte la bête à l’entrée hertzienne, l’arrivée de l’antenne et la péritel, la sortie de mon décodeur TPS à la sortie de la péritel de l’ASTRY sur la TV et un RCA pour attaquer la chaîne Hi-fi où il ne reste plus de slots disponibles, mais cela, c’est pas votre problème...

Bon, la bête est connectée, j’allume l’engin... vrombissement de F1, soufflerie digne d’un Mig21 au décollage sur le porte avion l’Amiral Kuznetsov.
Bon, après le décollage le bruit devrait cesser, logiquement ? Non, et il va falloir s’y faire, le salon vient de gagner 82db... Pour ceux qui n’aiment pas regarder un DVD avec un casque c’est loupé ; le ronronnement permanent de la bête gâchera toute scène initialement silencieuse d’un film d’horreur.

Le ventilateur de l’ASTRY est au choix : surdimensionné ou tellement low cost que même les constructeurs de PC d’entrée de gamme Roumains ont cessé de les monter depuis 3 ans... mais bon, l’entrée de gamme c’est l’entrée de gamme...

 La télécommande... de l’espace !

A elle seule, la RCU mériterait un article complet d’une bonne dizaine de pages de test. 58 touches ! Plus de choix que sur une grille de Loto ! Une formation au pilotage de l’Airbus A320 est vivement recommandée pour comprendre les subtilités de cette télécommande créée par un ingénieur mutant aux 16 doigts et trois mains (droites de préférence).

La taille des boutons est si réduite, que mes doigts, pourtant raisonnablement dimensionnés, appuient systématiquement sur 3 à 4 touches en même temps, offrant par là-même l’accès à des fonctions cachées que même le constructeur ignore :

  • enregistrement d’un DVD avec tiroir ouvert
  • lecture au ralenti de la télévision hertzienne
  • décodage des chaînes satellites du bouquet Cyfra + avec antenne sur Thor 1 (là seuls les spécialistes du satellite comprendront, pour les autres cliquez ici http://www.satelliweb.Com
  • accès aux caméras de surveillances de Paris et Monaco

Bien évidemment, je plaisante, mais la télécommande mériterait d’être envoyée dans une école d’ergonomes afin de servir de support de thèse de fin d’année en tant que contre-exemple.