Essai du Siemssens SCO5000 ND Nero Digital
Le premier lecteur NERO DIGITAL au monde

Essai du Siemssens SCO5000 ND Nero Digital

ARTICLE PROBABLEMENT OBSOLETE

A l'heure où le format DivX évolue vers une forme de plus en plus aboutie, le divx6, il n'est pas inutile de s'intéresser à un format encore peu répandu mais techniquement tout aussi performant : Nero Digital. Il existe à ce jour deux lecteurs compatibles Nero Digital : le Kiss DP-558 depuis sa dernière mise à jour (mars 2005) et le Siemssen SCO 5000 ND, qui se targue d'avoir été le premier lecteur au monde à supporter ce format. C'est ce dernier que nous vous proposons de tester.

Par PixiesII, modérateur des Forums de Planète Numérique et membre du projet DivXtest.

 Nero Digital : une alternative au DivX !

Nero Digital est un procédé de compression vidéo proche du DivX, fruit d’une collaboration entre la société Nero, que tout le monde connaît au travers de sa solution de gravure éponyme, et d’une société moins connue du grand public : Ateme (cocorico, cette société est française !).

Membre du MPEG Industry Forum, Ateme possède une expérience conséquente dans les domaines des algorithmes de compression. Depuis 2001, cette société investit 2 millions d’euros par an en R&D dans les codecs vidéo.
(Plus d’infos sur le site officiel Ateme ici.)

Nero Digital est 100% conforme au standard ISO MPEG-4 Part 10, aussi appelé H264 ou MPEG-4 AVC. Cette dernière évolution du MPEG-4 dépasse en efficacité de codage les précédentes versions (PART 2) sur lequel ont été développé tout ou partie des codage DivX et XviD.

5 profils d’encodage dont deux profils haute définition sont disponibles :

  • Profil Mobile, Résolution max 176x96 : destiné aux appareils de petite taille du type téléphone
    Portable
  • Profil Portable, Résolution max 352x288 : destiné aux PDA ou baladeurs multimédias
  • Profil standard : Résolution max 720x576 : le profil qui nous concerne, destiné aux lecteurs de salon, entre autres
  • Profil Cinema : Résolution max 1280x720 avec son 5.1
  • Profil HDTV : Résolution max 1920x1072 : pour la future TV haute définition

A ce jour aucun lecteur de salon n’est compatible avec les vidéos en haute définition.
C’est donc le format standard qui nous intéresse et dans une moindre mesure le profil Cinema pour sa partie son 5.1 (la vidéo peut être dans ce standard encodée en résolution ordinaire).
En sus de ces possibilités de codage NERO DIGITAL propose

  • multi sous-titrage,
  • chapitrage,
  • multi piste audio au format AAC (stéréo et 5.1)

Le tout dans un unique fichier dont l’extension est .MP4.

Ces caractéristiques rappellent furieusement ce qui est prévu pour le DivX6, avec la différence notable que Nero Digital est disponible depuis décembre 2004 alors que DivX6 (prévu pour mars 2005) se fait toujours attendre. On comprend très vite que ces deux formats sont amenés à s’affronter directement. Elle rappellent également les possibilités offertes par les conteneurs vidéo ogm ou matroska, avec l’avantage décisif d’être soutenu, comme pour le DivX6, par des sociétés qui font commerce de leur technologie, et qui vont donc tout entreprendre pour que leurs formats s’imposent, en tous cas soient normalisés.
Les récents accords des deux protagonistes avec les grands acteurs de ce marché en sont la preuve.

Difficile pour l’utilisateur de s’y retrouver, mais s’il fallait mettre en avant les points particuliers de Nero Digital pour le commun des mortels, ce serait sa vitesse d’encodage plus rapide (à ce jour) que DivX et son format audio (AAC) plus performant que le MP3 et, enfin, le fait que les outils d’encodage soient distribués gratuitement avec le lecteur qui le supporte(ront) : Nero Recode CE. Ce soft développe le concept du « one click encode » : il encode/réencode divers types de sources vidéo (y compris vos DVD) au format ND, et ce en un nombre limité d’opération. (En savoir plus sur Nero Digital, cliquez ici

 Siemssen : quid ?

Le lecteur que nous avons testé, premier lecteur compatible NERO diital qui ait été disponible, est signé SIEMSSEN.

Il s’agit d’une société allemande (fondée en 1846) et dotée d’une longue expérience d’échanges commerciaux avec la Chine. Elle commercialise des produits très divers, toujours dans le domaine des biens de consommation dits « techniques », et le lecteur SCO 5000 est leur premier lecteur DivX/mpeg4. Evidemment les consommateurs français ne peuvent connaître cette société, d’autant que ses produits ne sont pas disponibles dans l’Hexagone. Heureusement, Internet aidant, il est possible de se procurer leurs produits, dont celui qui nous intéresse, via leur site de vente en ligne. Siemssen nous informe également qu’ils sont en cours de négociation avec des importateurs français potentiels.
Plus d’infos sur Siemssen ici
Le site de vente en ligne ici

 Première approche : un brin austère

Le Siemssen SCO 5000 ND pro est livré dans un emballage très dépouillé qui contient :

  • le lecteur lui-même ;
  • sa télécommande et deux piles AAA (type LR03) ;
  • un manuel bilingue anglais/allemand (pas de version française à ce jour) ;
  • un câble audio stéréo et un câble vidéo composite (RCA jaune) ;
  • une prise péritel ;
  • le logiciel Nero recode 2 CE, qui permet l’encodage au format ND (Nero Digital)

Le manuel bilingue de 62 pages est sans fioriture, mais documente la quasi totalité des fonctions. Il est téléchargeable ici en PDF

Le lecteur est de taille standard dans sa largeur ce qui lui permettra de s’intégrer sans problème dans un ensemble existant, d’autant qu’il est disponible en deux teintes : silver ou noir. Par contre il est très peu profond.

  • dimensions : 43x23x4cm environ
  • poids : 2 Kg.

Le style est neutre, sobre : aucun gadget qui vienne nuire à la fluidité de l’ensemble. Le tiroir du lecteur est très fin, a priori fragile. On aurait souhaité que le réceptacle pour le disque soit plus profond : en effet les CD/DVD ont tendance à glisser vers l’intérieur de l’appareil si on n’y prend garde. Cependant, bien d’autres lecteurs sont équipés de ce type de tiroir, et nous n’avons encore pas vu d’utilisateur se plaindre d’une panne à ce niveau là. Au delà donc des a priori, nous conclurons que ce type de chargeur est viable. L’avenir nous confirmera la chose.


 Une télécommande correcte

Couleur argent ou noire (selon le modèle choisi), la télécommande (à l’image du lecteur) n’est pas d’une esthétique exceptionnelle mais elle laisse une impression correcte : touches souples, bien disposées, un peu légère, cette télécommande est pratique à l’utilisation. Seule la disposition de la touche pause nous a quelque peu dérangé.

L’angle de visée est bon, la portée n’a pas été mise en défaut. Seule gêne, on a l’impression que le lecteur ne reçoit pas toujours le signal : cela est sans doute dû au fait que ses touches sont hautes, et nécessitent donc une pression franche. Au final la télécommande fait son office, et c’est ce qu’on lui demande.

 Connectique « traditionnelle »

Nous sommes maintenant habitués aux connectiques riches, tellement d’ailleurs qu’on aurait plus tendance à s’étonner d’un lecteur pauvrement équipé que d’un lecteur richement doté : le Siemssen fait partie de la seconde catégorie.

On retrouve :

  • un bouton marche/arrêt sur le panneau arrière (en plus du bouton de mise en veille en façade)
    Pour la video
  • sorties S-video
  • video-composite Cinch
  • peritel compatible RVB
  • composante YUV
    Pour l’audio
  • prises optique et coaxiale
  • sorties analogiques RCA 5.1 A ce propos le Siemssen embarque un décodeur dolby digital ainsi qu’un décodeur DTS. Il permet donc l’utilisation d’enceintes actives (type ordinateur) directement ou de se connecter à un ampli évolutif 5.1. Il apportera le DTS aux quelques amplis d’ancienne génération n’en étant pas pourvus. Dans les deux modes la transformation du signal 5.1 vers un simple stéréo (Downmix) fonctionne correctement.

L’afficheur est minimaliste quant aux informations qu’il distille. Les caractères sont bien proportionnés et très lisibles. On regrette évidemment l’absence de réglage en luminosité.

Le Siemssen offre également un lecteur de carte mémoire multiformat, fonctionnalité à notre avis pas indispensable.

Mais puisque visiblement sa présence ne grève pas le budget d’achat de ce lecteur plutôt bon marché, autant en profiter pour naviguer directement sur la carte de son appareil photo numérique par exemple (seul le format jpeg est reconnu).

Les touches en façade sont assez imprécises et le bouton eject est positionné de façon atypique (sous le bouton de mise en veille)

 La compatibilité

Pas de lacune flagrante, et la vraie cerise sur la gâteau NERO Digital.

Nous touchons là au point fort du lecteur. Le Siemssen fait partie des rares qui ne sont pas équipés d’une puce Mediatek qui, d’après tous les sondages (dont celui de DivXTest) semble dominer le marché.
La puce embarquée est une Zoran Vaddis 776.

Le lecteur est compatible avec la grande majorité des formats DivX : passé au crible du CD de Test de BBdoc , on constate que tous les formats DivX (3/4/5) sont supportés. Pour le DivX5, les options GMC et QPEL sont parfaitement reconnues et exploitées. Le DivX pro n’est donc plus l’apanage des puces Mediatek.. Les BivX (DivX contenant deux bandes son) sont également gérés.

Le lecteur a obtenu une la note de 77% dans le classement du projet DivXTest.. Notez que ce classement ne prend en compte à ce jour ni la compatibilité ND, ni celle du DivX6. Et c’est là la surprise : ce lecteur est déjà compatible DivX6, en tous cas dans sa préversion.

Les formats VCD, SVCD (et leurs variantes), les MPEG 1/2 ou les VOB seuls, et évidemment les DVD seront avalés par le Siemssen sans autre forme de procès.

Côté supports, c’est le sans faute, la majeure partie des lecteurs récents nous y ont habitué et le Siemssen ne déroge pas à la règle : DVD-R(W), DVD+R(W), CDR(W), CD de capacité étendue (90 ou 99 mn), tout est reconnu.


 Le DVD Audio en prime

Ce lecteur est très bon en terme de compatibilité audio : il supporte les bandes son en WMA (seules ou dans un conteneur .avi) sans broncher et bien sur le MP3. Etant compatible Nero Digital, le format AAC est lui aussi supporté. On regrette juste l’absence de l’OGG qui fait son chemin sur les derniers lecteurs et firmwares (en particulier Mediatek), ainsi que la non reconnaissance des pistes .ac3 seules. Pourtant, ce format est très bien lu dans un fichier vidéo.

JPEG - 32.9 ko
Les Corrs en DVD-Audio

Les CD audio et MP3 sont évidemment de la partie. Pour les CD audio, l’interface reste basique mais toutes les fonctions nécessaires sont présentes (lecture aléatoire et programmation entre autres).

Les Tags MP3 sont lus (de façon séquentielle), mais la gestion MP3 est de façon générale décevante : la programmation est possible, par contre on ne pas naviguer dans les dossiers en cours de lecture. Pas de fonction de lecture aléatoire ni de fonction repeat.

La compatibilité DVD-audio achève de parfaire la compatibilité de ce lecteur.
Ce format, vendu comme un CD audio haut de gamme, permet, grâce à une fréquence d’échantillonnage plus élevée et un son qui peut restituer sur 6 enceintes une nouvelle expérience musicale haut de gamme. Les disques DVD-Audio ne peuve,t être relus que sur des platines compatibles (aucune platine CD-audio ou DVD-Video ne peut les relire).
Il reste cependant moins intéressant que le SACD. Le SACD a l’avantage d’être compatible avec les lecteurs CD existants car il comporte généralement une couche hybride reconnue par n’importe quel lecteur. Bien sur, dans ce dernier cas, le son restitué est en stéréo et échantillonné comme n’importe quel CD audio. Le DVD-audio a quant à lui a l’avantage de pouvoir contenir un certain nombre d’informations vidéo. Attention : le DVD-Audio n’est pas un DVD-Video contenant de la musique. Ces derniers sont dénommés DVD musicaux (vous suivez ?).

 Côté interface

Au niveau des menus, c’est la déception.. Le navigateur de fichier fait à peine mieux que les lecteurs Mediatek au niveau des noms de fichiers : demeure une limitation à une vingtaine de caractères.

De plus il n’affiche pas les accents. Nous en sommes toujours à nous interroger sur les raisons de telles limitations. La chose est d’autant plus rageante qu’on sait que les noms longs sont possibles, il suffit de voir ce que les développeurs de firmwares alternatifs réalisent comme prouesse.
Assez austère dans sa première mouture, l’interface a été améliorée lors de sa mise à jour du mois de janvier 2005 (en particulier les fonds, moins agressifs à l’oeil).

 Un fonctionnement satisfaisant

Après plus d’un mois d’utilisation nous n’avons pas de grief particulier à mettre en évidence au niveau de la compatibilité et du confort en lecture. La puce Zoran confirme qu’elle peut se poser en concurrente décente des Médiatek.
L’intégration des fonctions de lecture est assez réussie : la grande majorité (FF, FR, ralenti, lecture accélérée) sont disponibles dans tous les modes vidéo : DivX/XviD/DVD/VCD/SVCD/MPEG. Apparemment anodin, cet état de fait est relevé car on trouve encore trop de lecteurs qui font l’impasse sur le zoom ou le ralenti avec certains flux video.

En résumé (pour tous les types de video) :

  • un ralenti avant et arrière (avant uniquement pour les DivX) ainsi qu’une avance image par image,
  • une avance/retour rapide qui se fait par sauts successifs (c’est dommage) mais dont la reprise est immédiate ;
  • une fonction goto (pour se rendre directement à un point précis du film).
  • 3 niveaux de zoom, dont le niveau 1 remplace avantageusement une fonction pan&scan
    -* la reprise en lecture (tant que l’appareil reste allumé)

Il nous est arrivé d’expérimenter un décalage audio après une avance/retour rapide en DivX, mais pas systématiquement. Il semble que le problème soit lié à l’encodage des MP3 (VBR ou fréquence d’échantillonnage).

Un bon point, les DVD démarrent bien en français par défaut (ou dans la langue de votre choix). Bien des lecteurs d’origine asiatique persistent, malgré des réglages adéquats, à démarrer la lecture et à afficher les menus en anglais. Signalons enfin que le Siemssen ne chauffe pas, par contre il est plutôt bruyant dans ses accès fichiers, mais cela reste dans la norme et cela ne se manifeste pas pendant toute la lecture.


 Sous-titres moyens

La gestion de sous-titres DivX est moyenne (pas d’accents, reconnaissance du format Subrip .srt principalement), mais cet aspect est rattrapé par l’excellente gestion des sous-titres dans les video au format Nero Digital, et probablement DivX6 dès que le format sera finalisé.

Dans tous les modes la police est lisible et contourée. Inutile de préciser que la question ne se pose pas en DVD : aucun lecteur n’a de souci à ce niveau.

A noter, le démarrage en lecture séquentielle pour tout CD de données, ce que nous apprécions particulièrement pour les CD/DVD mono-DivX. Rien de plus inutile que d’accéder à un menu de démarrage alors qu’il n’y a aucun choix à effectuer.

 Et le firmware ?

Siemssen, dont c’est le premier lecteur rappelons-le, a été très réactif et a mis à disposition un firmware peu après l’arrivée du lecteur sur le marché.

Les corrections ont été principalement d’ordre esthétique, mais on notera que Siemssen a essayé (mais pas entièrement réussi) d’améliorer la compatibilité des xvid avec option GMC qu’aucun lecteur ne sait exploiter correctement aujourd’hui. C’est plus l’effort sur un format pas forcément prioritaire que le résultat très mitigé que nous saluons ici.

 Dézonage et plus si affinités

Ce lecteur a l’avantage d’être multizone d’origine. Nous avons eu connaissance d’un menu caché (menu Loophole) vous permet si vous le désirez de bloquer le Siemssen sur une zone précise (rappelons que certains DVD ne fonctionnent que dans la zone pour laquelle ils ont été prévus). Il supprimerait également la protection macrovision ou encore la gestion VOD !

La qualité vidéo
Nous entrons là dans le domaine du subjectif, puisque la qualité vidéo dépend d’un ensemble de facteurs tels que le choix du branchement, de la qualité et des réglages du diffuseur (téléviseur, rétroprojecteur, moniteur...) et évidemment du signal vidéo fourni par le lecteur lui-même.

Sans rentrer dans des considérations techniques réservées à des spécialistes, le Siemssen nous a laissé une bonne impression générale.
Nous ne pouvons que conseiller un branchement péritel en RGB ou un raccodement composante pour les heureux possesseurs d’appareils vidéos compatibles qui, avec les tv LCD sont de plus en plus nombreux.

On ne peut malheureusement pas intervenir sur les réglages en luminosité/contraste/gamma du lecteur lui même mais celui-ci fournit par défaut une image qui ne souffre pas d’un quelconque déséquilibre des couleurs. (Par contre il est possible de régler les ambiances sonores).

La puce Vaddis reste un cran au dessous d’une puce MTK lorsqu’il s’agit de visualiser des DivX dont l’encodage n’est pas très bon : les défauts de l’image ne sont pas rattrapés par un postprocessing inexistant (ou alors très faible).

 Si vous le croisez sur votre chemin ...

Avec une note de 77% au CD de test, doté d’une connectique complète (avec un lecteur de carte en prime), compatible avec une vaste variété de formats audio et vidéo dont Nero Digital , son bon comportement général font du Siemssen un investissement sans surprise. Notez que les magasins Aldi (en Allemagne pour l’instant) proposent un clone, le Tevion DVD 6000 pour un prix de 59 euros avec une garantie de 3 ans.

Merci à Sagittaire et Micjul, pour la mise à disposition d’encodages au format Nero Digital et à Ateme ainsi que Siemssen qui ont répondu à toutes nos questions

A noter que les premiers autres lecteurs compatibles NERO Digital arrivent notamment chez la société KISS. Nous espérons pouvoir prochainement tester ces appareils.