Choisir un PC pour la vidéo numérique

Choisir un PC pour la vidéo numérique

Passionné de vidéo numérique et accessoirement informaticien, on me sollicite régulièrement pour des conseils en matière d'équipement. L'occasion m'est donné à travers ce concours de vous proposer quelques éléments de décisions qui vous permettrons de mieux choisir un PC pour de la vidéo numérique.

Article publié dans le cadre
du troisième concours de contribution
Auteur : Philippe S.
(voir les autres contributions du concours)

 De la définition de la vidéo numérique

Vidéo numérique est un terme très générique et de votre définition dépendra l’équipement nécessaire.
Il s’agit dans le sens le plus commun de capturer, éditer des vidéos personnelles mais aussi de plus en plus souvent de créer et lire des vidéos DivX ou encore de dupliquer/créer des DVD-Video.

 PC de marque ou non

Il y a quelques années, seuls l’assemblage permettaient d’avoir une machine performante et évolutive au meilleur prix. Il était interdit d’ouvrir un PC de marque et même si vous le faisiez, vous auriez eu toutes les peines du monde à ajouter une carte ou lecteur (pas de connecteur d’alimentation supplémentaire, carte mère propriétaire,...).

En ce temps Marque signifiait architecture propriétaire !
Maintenant, développer sa propre architecture est coûteux, c’est pourquoi beaucoup de marques, petites (MEDION, UNIKA, MSNET, ... ) ou grandes (DELL, NEC) ne propose que l’assemblage de composants standards du marché avec un rapport qualité prix très intéressant.

Ce point n’est donc plus un critère primordial en regard des différentes utilisations en vidéo de votre ordinateur.

Voici les éléments à ne pas négliger.

 Le châssis

La forme de l’unité centrale qui sera généralement de type mini tour. L’idéal est de disposer de deux emplacements 5 ¼ en façade de façon à pouvoir équiper votre PC de deux périphériques : un lecteur DVD et un Graveur DVD par exemple pour simplifier les copies.

Sauf si vous venez à assembler par vous-même votre ordinateur, on vous donnera rarement le choix du boîtier et de l’alimentation.

Si vos préoccupations en terme de châssis tiennent à l’esthétique, à l’encombrement ou au transport du PC, je ne saurais que vous recommander de vous orienter vers un MiniPC, aussi appelé Barebones.

Très intégrés, certains de ces PC, grand comme des feuilles A4, sont à même de répondre à un cahier des charges de PC numérique. Ils sont surtout très pratique quand il s’agit de les déplacer pour une occasion comme un mariage pour faire un montage sur place en temps réel.

 Carte mère et processeur

Il est loin le temps où AMD rimait avec instabilité de Windows (problème de chauffe ou autre des K6) ou mauvaise reconnaissance de périphérique (lié d’ailleurs plus souvent aux chipsets des cartes mères qu’au processeur).

Les processeurs AMD sont actuellement une bonne alternative à ceux de INTEL même si, tous les cas, un processeur AMD sera moins puissant que son compétiteur.
Pour rappel, un processeur AMD XP ne fonctionne pas à la vitesse indiquée à côté de ces deux lettres. Il s’agit d’un équivalent en fréquence INTEL (un XP3000 BARTON fonctionne à une vitesse interne de 2167 MhZ). Plusieurs versions d’un même processeurs peuvent exister à un même moment et expliquer pour une même étiquette des différences de performances (un Athlon XP Barton et un Athlon XP Thoroughbred 2.8 par exemple).

Les Intel Céléron sont d’un rapport performance prix moyen : leur rapidité en regard d’un Pentium IV standard restent largement inférieures en raison d’un cache de niveau L2 4 fois inférieur.

Dans tous les cas, la mesure de performance d’un processeur dans le cas d’une utilisation vidéo numérique est délicate car elle dépend également du logiciel utilisé qui peu être optimisé pour certains jeu d’instruction ou un mode de fonctionnement (hypertheading ; SSE, MMX, 3Dnow, ...)

A cette date (mai 2004), nous vous recommanderions en meilleure rapport qualité prix un processeur AMD ATHLON XP de fréquence supérieure à 2.4 GHz ou un Pentium IV 2.8 GHz.

Un processeur puissant servira plus particulièrement pour

  • L’encodage : la conversion de vidéo entre standards MPEG ou DivX
  • Le décodage de vidéo HD au format WMV
  • Le calcul d’effets dans un logiciel de montage vidéo

 La mémoire

Plusieurs critères sont à prendre en compte quand il s’agit de choisir une mémoire pour son ordinateur.

- D’abord la quantité : 512 Mo sont adaptés à la plupart des logiciels de vidéo numérique sous Windows XP.
- Ensuite la vélocité : il faut d’abord choisir une mémoire capable de fonctionner à la fréquence du bus du bus de votre carte mère (par exemple de la DDR400 sur un bus FSB 200Mhz, DDR333 sur un bus à 166, ...).
Entrent ensuite en jeu les timings mémoires (RAS, RAS to CAS, CAS Latency) acceptés par la barrette qui la rendent plus ou moins performante. Affaire de spécialiste !

Toutes les mémoires ne sont pas de même qualité : celle sans marque Noname, vendues à bas prix sont à utiliser avec prudence : de nombreux écran bleus Windows sont souvent dus à des mémoires de mauvaise qualité : privilégiez des composants de marques : Samsung, Kingston, Corsair.

Si votre PC fonctionne en dual Channel (accès simultané à deux barrettes mémoires), sachez que certains fabricants comme Corsair vendent des kits mémoires spécialement conçus pour fonctionner ensemble harmonieusement.

 Disque Dur

Elément suivant essentiel de votre ordinateur, le disque dur.

Question capacité

La vidéo numérique consomme énormément d’espace de manœuvre : compter 12 GO pour une heure de DV et si votre plaisir tient à la copie de DVD, il faut 15 GO d’espace (10 Go MAX pour le disque d’origine + 5 GO celui de destination).
Si vous ajoutez la taille nécessaire pour installer Windows , vos programmes puis l’espace de stockage permanent de certaines données, 80 Go semble être maintenant un minimum.
Une capacité de 120 à 160 Go est idéale.

Question performance

Elle dépend d’abord de la technique du disque.

  • Vitesse de rotation : 7200 tours sont recommandés. Un disque dur tournant à 10 000 tours vous offrira le summum de le performance. Ces disques sont cependant onéreux (250 EURO environ) et de petite capacité (74 Go).
  • Interface (raccordement à la carte mère) : ATA 133 ou mieux SATA (si le PC le permet) sont les interfaces à privilégier.

On peut observer des différences notables entre marque de disques pour des mêmes capacité/vitesse de rotation. N’hésitez pas à vous informer sur des sites spécialisés.

Notre dossier ne serait pas complet si nous ne vous parlions du RAID 0, mode de gestion de disque. Le RAID 0 permet d’écrire/lire en simultanée sur plusieurs disques . Les taux de transfert sont proportionnels au nombre de disque. Ce mode est Idéal pour le montage vidéo sauf que cette technique a un coût (multiplication des disques) et elle n’a aucune tolérance à l’erreur. Un problème sur un disque et tout est perdu ! A utiliser de préférence pour un simple espace de manœuvre et pas pour stocker des données sensibles.


 Carte graphique

Peut être pensez-vous que la carte graphique à un rôle prépondérant dans la vidéo numérique ? Détrompez-vous car une carte ordinaire type GEFORCE FX5200 ou encore RADEON 9500 suffit. Il faut a minima éviter les carte mère avec Chipset vidéo (sauf dans le cas d’un Nvidia ou Ati) intégré aux performances dégradées.

Comme les logiciels de montage vidéo et Authoring DVD gère de plus en plus le mode bi-écran, il peut être opportun de choisir une carte avec double sortie vidéo, ce qui devient assez ordinaire.
Un premier écran sera affecté au plan de montage par exemple alors que le second restituera en plein écran la vidéo montée.

Vous trouverez également de manière récurrente sur les cartes vidéo une sortie TV. Vous pourrez si vous le souhaitez connecter votre PC à votre télévision.
La qualité n’est souvent pas au rendez-vous en raison de la trop faible résolution de nos TV.

 Un graveur évidemment

Vidéo numérique se conjugue de plus en plus avec DVD et dans ce domaine la baisse de prix phénoménale des graveurs DVD rend cette technologie accessible à tous : moins de 100 € suffisent pour un premier équipement. Plusieurs standards de gravure existent (+ et -) mais vous n’aurez pas à vous en préoccuper car les graveurs sont maintenant quasiment tous multistandards.

Le couple idéal est pour nous

  1. de graver des disques enregistrables une fois (dit « R ») sur des médias DVD-R car plus compatibles avec les platines de salon.
  2. de graver des disques enregistrables plusieurs fois (dit « RW ») sur des médias DVD+RW, meilleurs en formatage (tâche de fond), clôture de session, (plus rapide) et vitesse (2.4 et 4x).

Les vitesses actuelles sont de 8 x sur des disques R et 4 x sur des média RW. Sachez que comme les CD, la vitesse est parfois l’ennemie de la qualité. De plus, vous paierez (quand disponibles) les supports plus chers s’ils sont certifiés pour de hautes vitesses.

Les prochaines évolutions des graveurs porteront

  • sur la vitesse (des 12x puis 16x sont attendus d’ici deux mois)
  • sur la capacité. Des graveurs doubles couches commencent à être disponibles. Ne vous précipitez pas sur ces produits dont la compatibilité avec les lecteurs de salon mais surtout la disponibilité/prix des disques n’est pas encore connue.

 Une bonne carte audio

La carte audio vous servira pour écouter vos DVD ou encore enregistrer de l’audio par des entrées analogiques.
Sous réserve de vérifier (mais cela est toujours le cas maintenant) qu’elle fonctionne en 48 KHz, fréquence audio classique du DVD-Video, vous ne devriez pas avoir de mauvaise surprise.

Pour une restitution d’un son DVD sur 5 enceintes, votre carte devra être équipée de plusieurs sorties sur lequel vous connecterez vos haut-parleurs. Certaines cartes proposent une liaison numérique pour relier un amplificateur Dolby Digital/DTS externe, voire une entrée à ce format.

Attention : pour l’écoute de DVD-Audio, sachez que peu de cartes sont à même de restituer les hautes fréquence de ce standard : 192 KHz.

Une des références de ce marché est la Sound Blaster Audigy 2 qui, de plus, comporte un port firewire.

 Carte d’acquisition

L’acquisition de vidéo s’est considérablement simplifiée ces dernières années avec l’avènement des caméscopes numériques. Pour capturer des vidéos à partir de ce type de périphérique, un simple port firewire suffit (également appelé IEEE1394 ou i-link).
Ce port est parfois intégré à la carte mère mais il est plus régulièrement ajouté par une carte PCI additionnelle. Le coût ridicule de ces cartes (à partir de 20 EURO) ne devrait pas grever votre budget.

Si par contre vous souhaitez capturer de la vidéo analogique issu d’anciens caméscopes (8 mm ou VHS c) ou encore de magnétoscope, procurez-vous un boîtier d’acquisition vidéo MPEG sur port USB2. Par exemple un DVDXpress d’ADSTECH (130 EURO environ).

 Plein les yeux

Dernier point fondamental : l’écran.

Vous aurez le choix entre deux technologies et votre budget vous orientera pour beaucoup sur l’une ou l’autre :

  • Les écrans CRT (cathodique) que nous ne présentons plus. Ces écrans ont le mérite d’être très économiques à l’achat mais encombrant sur un bureau. Un 17 pouce utilisé en résolution 1024 * 768 se montrera satisfaisant dans la plupart des utilisations.
  • Les écrans plats TFT. Très à la mode et particulièrement esthétiques, nous vous recommandons cependant de juger de vos yeux avant de passer le pas. On peut ne pas aimer ou être déçu par le rendu de certaines applications (un film par exemple) !
    Un écran 17’’ utilisé en 1280 * 1024 est la configuration recommandée.

Maintenant, c’est à vous de faire votre choix !

Quelques remarques

  • ne connaissant pas les ordinateurs Apple, il ne m’a pas été possible d’intégrer ces produits dans ce dossier. Vous pouvez pour plus d’info sur le monde Mac et la vidéo numérique vous rendre sur l’excellent site Mac et Vidéo
  • Un ordinateur portable peut parfaitement jouer le rôle d’un PC dédié vidéo numérique. Planète Numérique relaie parfois des offres DELL très intéressantes dans ce domaine.